AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous manquons cruellement de Natifs et d'Archéens. Nous manquons de mâles aussi

Partagez | .
 

 Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gardien • Bêta

avatar

Egon




MESSAGES : 183

MessageSujet: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 17:45





EGON KOM LANIKRU



prénom : Egon a hérité du prénom de son grand-père paternel. Petit détail familial dont il ignore totalement l'existence. Du moins ce mystère-ci a-t-il dû se trouver une niche bien douillette dans le coin brumeux de son esprit où se trouve la source de chacun de ses secrets omis. âge : 18 ans. A cet âge-là, on a eu bien le loisir de vivre maints événements. Les hommes n'ont pas encore atteint leur taille définitive mais ils suent déjà sang et eau depuis longtemps. D'autant plus pour Egon et son destin particulier. Héritier d'un mythe densément caché sous la neige. Fils adoptif d'une cruelle flore forestière, agressive et sanglante. Puis protecteur des marées éloignées, abondantes de vivres, à l'âme pacifiste et pure. Jusqu'ici, sa vie a été faite de changements, de cultures divergentes et ce n'est que le commencement de tout. clan : Lanikru. Ce clan est le sien depuis quatre ans maintenant, il y a trouvée sa place, un nouveau foyer et un nouveau mode de vie plus libéré. Ici, il s'est épanoui et se sent en confiance dans ce nouvel environnement apaisant malgré une adaptation un peu difficile au départ. C'est pas très bon les huîtres, honnêtement... Ce jeune sournois s'est pris d'affection pour cet endroit et ne regrette pas -ou si peu- d'avoir délaissé son ancien clan pour celui-ci, quand bien même cela peut lui manquer de virevolter entre des ramures enchevêtrées. rôle dans le clan : Il est reconnaissant et redevable envers la matriarche du Peuple des mers pour lui avoir accordé le privilège de vivre sous son aile bienveillante et ainsi le droit de rester sur ses terres. Cette "adoption"-là, au moins, est-elle mutuellement consentante. Depuis, il a appris à connaître ses nouveaux devoirs et ses nouvelles permissions. Son choix a été de devenir Gardien pour protéger ce peuple devenu sien et le nourrir. Habitué aux armes, il les aurait difficilement quittés. Capable d'en faire usage, autant se mettre au service de son nouveau territoire. Pour cela, il a dû se convertir à la foi des eaux et passer le rituel du Baptême. Une fierté qui n'a pas de prix. situation amoureuse : Lui ? Tomber amoureux ? Oh que oui. Il est passé par tous les symptômes et, sans être un coeur d'artichaut, pas qu'une fois. Il sait ce que c'est, les palpitations cardiaques, l'auto-chauffage des joues, le désir d'impressionner la dulcinée, l'aisance par laquelle elle peut le blesser, etc... A une période, il se prêtait aux jeux des "combats de coq" mais ça lui est passé. Il n'exclue pas catégoriquement la possibilité d'avoir une compagne. Mais il se contente plutôt bien de son célibat pour l'instant, ça lui laisse plus de temps libre pour vaquer à ses hobbies et à ses responsabilités. Et puis, il faut avouer que les filles, c'est souvent casse... pieds. A voire ce que lui réserve l'avenir. orientation sexuelle : Ahah ! Si vous avez été attentif, vous avez déjà la réponse. Egon ne se casserait même pas le petit orteil pour un homme. Pas dans ce contexte-là. Il a même assez de mal avec l'homosexualité. Comment est-ce qu'on peut être attiré par une personne du même sexe que soi ? Une réalité dont il a bien été témoin mais qu'il n'a jamais compris et qui le repousse quelque peu. Pour lui c'est juste bizarre. Vivre au sein d'une tribu respectueuse et ouverte n'y a pas changé. Ça le met un peu mal à l'aise sans lui faire rejeter l'idée de tisser une amitié avec une personne non-hétéro. armes de prédilection : Egon a touché à plusieurs armes différentes dans sa vie, notamment à l'époque où il vivait au sein du clan Trikru qui l'avait lancé contre son grès dans la course pour devenir le prochain Heda. Il s'est découvert trois prédilections : le maniement de l'épée, la subtilité de la dague et la précision de l'arc. La formation de combattant chez les Trikru est rude et acharnée, voire impitoyable. Aujourd'hui, sa lame de fer embroche l'ennemi comme un couteau à viande, ses dagues surgissent subitement pour frapper en plein coeur et sa flèche tuerait un innocent lézard à quinze mètres de distance. particularités : Une chaîne en argent lui enserre le cou nuit et jour, par tout temps. Il n'y touche pas, ne la retire sous aucun prétexte. Pas que ce cordon de métal lui soit précieux, c'est plutôt le pendentif qu'il retient qui lui importe. Un curieux objet de forme triangulaire, de même matière, gravé d'une oreille en son centre. Un bijoux inestimable dont il ignore la signification ainsi que le caractère crucial. Ignorance qu'il a mis longtemps à accepter. Et ce n'est pas tout, il n'est pas uniquement l'un des rares à arborer ce collier mystérieux. Il est également l'un de ces individus dont le sang n'est pas rouge écarlate mais noir corbeau... avatar : L'acteur Robbie Kay.


Anecdotes


Egon a été adopté à l'âge de trois mois. Il l'a appris à l'âge de 14 ans, durant sa fugue de 1964 alors qu'il voulait comprendre pourquoi on l'avait envoyé à Polis. Un jour, il a jeté son héritage à l'eau et a bien hésité avant de le récupérer. Ce lien excentrique avec une ascendance biologique inconnue qui l'avait abandonné... Ce collier avait-il une réelle signification ou n'était-ce qu'une fantaisie sentimentale ? La brûlure sur l'omoplate droite, il l'a. Ceux du Peuple des Arbres comprendront. Du temps où il vivait en territoire Trikru, on l'appelait Ifi Minat. En référence à son sang noir et à sa propension à prendre multiples risques. Grimper là où il le peut, prendre des hauteurs où c'est possible. Se suspendre à une branche par une jambe comme une chauve-souris. C'est un de ses hobbies. Aux alentours de Polis, il a bâtit une cabane dans les arbres avec l'aide d'Elohim, son meilleur ami, et d'autres camarades avides de liberté et de tranquillité. Aujourd'hui, elle appartient à tout ceux qui la gardent secrète. Il n'y a pas de frontière d'âge. La seule règle est de la détruire si elle venait à être trop connue. Une autre de ses pratiques de plaisir est de fabriquer lui-même ce dont il a besoin. Egon aime le travail manuel et construire des petites choses utiles telles que sa ceinture à outil ou sa gourde en noix de coco. Strik Tristraka est un loup de petite taille, vif et véloce, recueilli par le descendant quand l'animal était encore un louveteau perdu et esseulé. La bête farouche, âgée aujourd'hui, suit son maître partout en dehors des villages. Il porte un collier lâche avec un pendentif en bois gravé d'une oreille comme son protecteur. Cela permet aux autres gardiens de le reconnaître et de ne pas le chasser. Les animaux de la forêt et de la mer sont sacrés pour lui. Lors de son Baptême tardif, Egon avait 15 ans. Au clan Lanikru, il a gagné le surnom de Stelt Siva. Une référence à son pendentif et à sa nature fourbe qui cache trop de secrets. Une de ses premières mission de gardien a mal tournée. Son loup s'est battu contre un puma pour lui mais Egon s'est jeté dans la mêlée sauvage pour le sauver. De cette épisode, il garde de sévères marques de griffures sur son flanc droit où un vestige de griffe s'est implanté. Ainsi qu'une profonde et hideuse morsure -accidentelle- de lupin sur son épaule gauche.   Un ami Lanikru lui a fait cadeau d'un collier avec une dent de requin. C'est devenu un collier de trophées et de coquillages auquel il a implantée une dent du puma qu'il a tué et d'autres preuves de ses exploits. Egon a son propre style de vie. Ne manger qu'un copieux repas un jour puis cinq un autre, ne dormir que trois heures dans un lieu incongru sans tenir compte du cycle solaire ou lunaire, se percher n'importe où pour tailler ses flèches ou fabriquer un nouvel objet pratique. Il peut se montrer très original à ses heures. Elle l'a réveillé. Il avait cessé de se poser des questions pour vivre son présent. Mais la nouvelle Fayaplana est venue à la rencontre de la Matriarche Shanya et Egon l'a vu. Son pendentif est le même que le sien... Qu'est-ce que ça veut dire ? Son collier n'est peut-être pas une babiole, finalement...


Caractère


intelligent sarcastique rusé fourbe indépendant obstiné protecteur provocateur observateur curieux créatif chapardeur astucieux.


Les souvenirs

d'une légende en éveil



JE NE SAIS PAS D’OÙ JE VIENS

Gardien. Il l'est par le sang. Bien que sa conscience l'ignore. Egon affute pensivement dagues et pointes de flèche, assis sur un rocher baigné de soleil en bord de mer. Il repense au passé. Songe à l'avenir. Observe son présent. Il revient de loin mais ne sait même pas à quel point c'est véridique. L'orphelin n'est pas passé des arbres à la mer mais du froid à la chaleur. Né entre les monts glacés d'Azgeda. Là où s'ouvre la Gueule-de-Loup et hurlent des vents étranges. Là où la légende s'est construis un nid puis a péri dans l'oubli. Le clan qu'il protège aujourd'hui était celui-là même, quand la légende était encore vivace, que la Meute des mythes avait pris sous son aile de façon permanente. Ce clan rendu fragile par le pacifisme de ses sages autochtones. Il est probable que ce soit le destin qui l'ait mené jusqu'ici et celui-là lui réserve à n'en pas douter d'autres épreuves, d'autres obstacles, d'autres secrets. La main d'Egon dérape de frustration et s'entaille sur sa dague coupante... Il grimace à la vue du mystère obscure que représente son sang. Le mystère et le malheur. Un souffle d'exaspération s'évade de ses poumons et le jeune homme se lève, aspirant le liquide au goût de métal entre ses lèvres. Splash. Splash. D'un pas toujours énervé, il se dirige vers les vagues calmes puis s’accroupit pour laver sa main dans l'eau salée de l'océan. Pieds immergés jusqu'aux chevilles. Il fixe cette immonde encre de pieuvre s'écouler hors de la fine fente noircie. Ça pique mais le guerrier n'y prête guère attention pour avoir connu bien pire.

Son sang le dégoûte. Il se sent anormal. Différent. Mais surtout, la seule couleur démente de ses globules noirs est responsable de toutes les épreuves qu'il a eu à endurer. C'était à cause de lui que tout avait commencé. Ce maudit sang de corbeau. Heureusement, aujourd'hui c'était fini. Il était libre et vivait la vie qu'il entendait au sein du peuple Lanikru. Malheureusement, toute mauvaise expérience laisse ses traces plus ou moins indélébiles dans nos âmes, nos cœurs, nos esprits. Egon porte en lui des plaies invisibles mais indéniablement douloureuses qui ne cicatriseront peut-être jamais tout à fait et se rouvriront chaque fois que ses pensées les effleureront. Aujourd'hui encore, des cauchemars le tourmentent certaines nuits avec une cruauté implacable qui lui provoquent des réveils brutaux. Il ne pleure plus en se souvenant. Bien qu'il ait mal, plus aucune larme ne coule depuis longtemps. Cela fait partie de l'art d'être un homme. Le petit garçon de jadis a bien grandi mais n'a pas omis. Ce jour où il a été arraché aux siens. A sa famille. A ses amis. A ses racines. Pour embrasser une voie qu'il n'avait pas choisie. On la lui avait imposée. C'était il y a une dizaine d'année mais la mémoire lui revint presque aussi nettement que si cet événement avait eu lieu la veille.

Ces inconnus arrivant au village, pour lui. Egon, révolté et paniqué, qui prend la fuite entre les aménagements de ce village dans lequel il avait longuement cru être né. Dans sa mémoire, il restait le village de sa naissance et de son enfance. Où il avait connu des tas de premières choses. Premiers amis. Premiers chapardages. Premières escapades. Premiers jeux. Premier repas. Premier... foyer. C'est là-bas que les prémisses de son caractère et de sa personnalité se sont forgés. C'est là-bas que se trouvent ses origines. C'est ainsi qu'il le ressent. Le coeur lui pince. Ce lieu du passé lui manque. Un jour, il faudra bien qu'il y retourne chercher ses réponses une bonne fois pour toute. Soupire, Egon se relève et retourne à son rocher chercher ses affaires. Il range ses outils dans la ceinture qu'il a confectionnée lui-même et rengaine sa dague. Après quoi, ses jambes l'emportent le long du littoral. Ce jour où tout a basculé ne quitte plus ses pensées. Il se souvient des larmes. De son souffle laborieux, de son corps brûlant et tiraillant à force de courir, de grimper, de sauter, de ramper, de virer, de glisser, de se rattraper ou de chuter puis de se relever pour reprendre de plus belle son parcours du fugueur acrobatique. Il se souvient de la détresse, de la peur, de la sueur. Il se souvient de ses vêtements se déchirant quand il s'accrochait à des clous ou à des objets non-identifiés dans les passages étroits. Tout était bon pour leur échapper...

Bien entendu, cette course-poursuite, il l'a perdue. Comment ? Il a tout bêtement eu besoin de reprendre son souffle, arrivé au bout de sa remarquable vivacité juvénile. Il s'est caché et un des villageois l'a dénoncé. Sale traitre ! Il devait encore avoir les vilaines moqueries du bambin dans la gorge. A vrai dire, ce village, il ne se souvient même plus de son nom. Il se rappelle seulement de l'impardonnable rudesse de cette épreuve irréelle, des larmes bouleversée de sa mère adoptive, de son propre traumatisme infantile. Personne ne s'était interposé. Personne ne l'avait aidé. Pourquoi étaient-ils incapables de le retenir s'ils l'aimaient ? L'orphelin se rappelle encore ses derniers mots « Je ne veux pas être heda ! » . Personne ne l'avait écouté. Être un élu était un honneur. Pour lui c'était plutôt un fardeau qui a signée la fin d'une époque et le début d'un endurcissement radicale. Il leur en veut d'avoir laissé leur fils leur être arraché. Il leur en veut de ne pas avoir eu les tripes de défier l'ordre établi. Dire non à la volonté de l'autorité hiérarchique, rien qu'une fois. Pour celui qui était censé être leur chair et leur sang. Celui qu'ils abandonnaient en le confiant à la capitale de leur clan.

Polis.

Là-bas, on l'appelait Ifi Minat. Le sang-noir à l'âme rebelle qui aimait braver les interdits. Egon l'esprit libre et têtu. Amené dans les entrailles de cet endroit contre son grès, il prenait plaisir à faire la forte tête. A se fier des règles et à faire accuser les autres de ses vices sans qu'on ne puisse faire davantage que le soupçonner d'être le véritable fauteur de trouble. Quand il se faisait prendre... Il s'en battait les châtaignes, en générale. La malice, la fourberie, c'était dans sa nature. Rien ne le lui aurait enlevé. C'était son arme première tout comme son bouclier. Son moyen de survie le plus sophistiqué. Polis et les traditions Trikru n'ont fait qu'exacerber ces mauvais côtés. Un petit démon au coeur paradoxalement loyal et empathique. Il ne s'en prenait qu'à ceux qui le cherchaient. Et le cherchaient tout ceux qui entravaient ses volontés ou s'en prennaient à moins futés qu'eux. L'agitateur était bien placé pour savoir que tout les sang-de-nuit n'en étaient pas là de gaieté de coeur. Il y en avait donc de toutes les variantes de couleur. Des génies jusqu'aux benêts. Des fines lames aux chairs à saucisse. Lui, il faisait partie des meilleurs combattants de sa génération. Son meilleur ami, par contre, c'était un peu l'inverse au départ. Le jour de leur rencontre, Elohim avait une épée à la main mais s'en servait mal et se faisait railler sans pitié par des surdoués du fer. Egon s'est interposé, a battu l'instigateur de ce révulsant bizutage par la grâce de son talent et de ses astuces inégales. Et alors ? Ce qu'ils faisaient était déjà inégale. Il a défendu Elohim. Depuis, les deux garçons sont devenus cette mutuelle présence fraternelle qu'il manquait à chacun.

Le jour de sa fuite, en l'an 1964 alors qu'il avait 14 ans, c'est à deux qu'ils sont partis. Usant de leur double-intellect et de quelques complices pour s'échapper à la nuit tombée avec quelques vivres pour le voyage. Egon vivait ici depuis six ans. Dans la ville de ses chaînes qui l'aurait assurément vu pousser son dernier soupire lors du prochain Conclave. Les fugitifs étant considérés comme des traitres, il ne pouvait pas rester sur ces terres mais avant de lever le camp à destination du territoire du Peuple des Mers, Egon fit un détour vers son ancien village. Il voulait comprendre pourquoi ses parents l'avaient envoyé si loin quand il aurait pu rester avec eux apprendre l'art de la guerre et il voulait aussi leur cracher à la figure toute l'amertume que ça lui inspirait. Sa visite inattendue fut un vrai clash. L'orphelin fut d'abord traité de fils indigne. Ils lui mirent toute la honte de sa lâcheté sur les épaules. C'est là qu'Egon avait empoigné son collier pour l'enlever et le jeter à terre en geste de dénie. Croyant que c'était quelque chose qu'ils lui avaient légué par seule affection. Scandalisés, c'est de ce fait qu'ils décidèrent de lui révéler une partie de la vérité. Leur garçon n'était pas le leur... Il avait été adopter et ce pendentif était un héritage de ses parents biologiques qu'il devait absolument conservé. Ce fut comme le choc de la foudre contre une fine couche de glace. Quelque chose se brisa en lui à ce moment-là.

Egon, sur la plage, s'arrêta. Les pieds toujours à la portée des douces vagues salées, il se mit à les fixer à ce souvenir qui lui broyait l'âme. Réaliser qu'il n'était le fils de personne, que "sa famille" n'était pas la sienne, lui avait fait un mal qu'aucun mot ne pourrait décrire. Il se souvient s'être laissé glisser contre le mur jusqu'au sol et pendant un moment, plus aucun son ne lui était parvenu. Sourd aux explications de ses... parents ? Quant au fait de l'avoir envoyé à Polis, pour apprendre auprès des meilleurs guerriers car il était plus important qu'il ne pouvait se l'imaginer et qu'il devait apprendre parmi les plus grands combattants, pour mieux survivre et pour avoir plus de chance de son côté lors du prochain Conclave. En ces temps de guerre, qui savait quand ce jour aurait pu arriver ? Egon avait filé sans un mot de plus. C'est Elohim qui avait récupéré son collier qui devra plus tard subir une nouvelle rage de son propriétaire. Au final, "sa famille", il ne l'a même pas connue la moitié de sa vie durant. Il ignorait que son destin se trouvait derrière lui, ce jour où il s'était mis à courir jusqu'à l'épuisement en direction du Lanikru, talonné par son fidèle frère de coeur.

Car Egon était en fait un descendant de cette fameuse Meute devenue légende, il y a de cela quatre ans. Son sang était celui d'un bêta. Il était destiné à monter les loups géants du Nord tout comme les autres fils et filles qui formeraient bientôt le nouvelle génération de chevaucheurs du froid. La prophétie ? Il en avait bien entendue parler mais n'y avait prêtée que peu d'attention. Bien trop pris par ses propres calvaires pour s’intéresser à des protecteurs imaginaires. Des croyances de rêveurs, oui ! Ça n'existait même pas des loups géants, à un moment donné il fallait bien redescendre de sa lune et se remettre à vivre dans la rude constance de la réalité.

Lanikru.

C'était un garçon perdu et fatigué qui s'était présenté à la frontière Lanikru avec son "frère" en état un rien misérable. Les gardiens du Peuple des Mers les avaient accueillis avec méfiance puis emmenés aussi secs auprès de la matriarche, Shanya. A Cery. Ces garçons étaient des renégats désormais, s'ils restaient à la merci des leurs, ils se feraient tués. Egon avait dû faire le récit de leur fugue et de leur histoire, sans détails superflus tels que l'adoption du descendant, à la dirigeante de ce territoire singulier. Il avait été normale de répondre à des questions tels que ce qui les amenait en ces lieux, qui ils étaient, comment ils avaient rejoint les frontières Lanikru. Ces deux jeunes hommes auraient bien pu être des espions après-tout. Mais la matriarche s'était avéré sage et bonne envers eux. Dans sa tolérance et sa bienveillance maternelle légendaire, elle leur offrit ce jour-là le gîte et le couvert. Plus que ça, elle leur offrît un nouveau foyer. Une seconde chance de vivre. Une nouvelle religion. Cette sorte d'adoption avait été comme une renaissance et un nouveau souffle. Un départ dont ils maintenaient tous deux les rênes. Tant qu'ils respecteraient les traditions Lanikru, ils feraient leurs propres choix d'avenir. Peu importe la couleur de leur sang. Ne demandez plus à Egon pourquoi il a alors vu en cette grande dame pleine de grâce son messie. Ici, il était libre. Aujourd'hui encore, il en ressentait cette même vague de gratitude gigantesque et une affection très respectueuse envers sa matriarche.

Mais on ne change pas d'existence du jour au lendemain. La transition a été très difficile tant les choses différaient ici. La culture, la nourriture, la religion, les lois. Jusqu'à la faune et à la flore. Jusqu'au climat. Puis, par rapport à son précédent environnement, c'était presque trop calme. Paisible. Une paix qui a fini par infiltrer ses remparts et par adoucir son loup intérieur. Egon fut vite fasciné par ce nouvel univers. Les dauphins, les baleines, les tortues de mer, les moules, les huitres, les homards. Les coraux, les palmiers, les noix de coco. Le sable, les coquillages, le parfum si particulier de l'océan et ses immenses vagues. Les bateaux avec leurs voiles et leurs rames, les pêcheurs et leurs filets de plusieurs mètres de long. Il n'avait jamais vu tout ça. Le dépaysement fut quasi' totale, ce qui avait ravi le fugueur précisément venu oublier tout ce qui le reliait à son passé. Il voulait se lier à cet endroit. Devenir un des leurs. Un vrai Lanikru. Même aujourd'hui sa reconversion n'est pas achevée. Il ne pourra pas en être un pur mais il en deviendra un fils malgré tout. Peu importe ceux qui n'acceptent pas encore ce nouveau venu au sang sauvage.

▲▲▲

Devenir gardien du peuple fut un choix. Le sien. La veille de son Baptême, il était encore écartelé entre l'eau douce et l'eau salée. Nom de dieu, l'une ou l'autre... Les deux avaient des caractéristiques propres envers lesquelles il se sentait attiré. D'un côté l'eau douce, l'eau nourricière de la terre, des forêts et des êtres vivants. Cette eau délicieuse à laquelle il était habitué, pour s'y être baigné d'innombrables fois durant sa jeunesse et s'être gorgé chaque jour de sa fraîcheur. Cette eau délicate qui formait les fleuves et les cascades. Puis, de l'autre, l'eau salée. Mystérieuse, infinie, abyssale. Pleine de promesses de découvertes. Un trésor bleu indomptable. Symbole de sa nouvelle vie, de la chance inouïe qui lui avait été offerte, de son renouveau en tant qu'être humain. Les deux avaient leur beauté. Les deux avaient leur faune et leur flore. Laquelle détenait son âme ?...

Il avait fermés les yeux un moment, face à la mer. Son ouï attentive au chant de chaque nouvelle vague ainsi qu'à celui des mouettes. Les pieds nus dans le sable chaud. Il avait songé aux méduses, aux dauphins, aux baleines. S'était représentés les pêcheurs, humains comme d'espèces aériennes. Albatros, goéland, mouettes. Il avait songé à la colère impétueuse de la mer, à la beauté de ses profondeurs et de ses poissons exotiques. A ses coraux, ses anémones et étoiles de mer. Aux jeux de lumière du soleil lorsqu'il nageait sous l'eau bleue. Se rappelait son parfum salé, ses coquillages et la sensation de la barque qui tanguait sur l'eau quand il était à bord. Puis, il avait essayé de penser à un fleuve, à un étang, à un torrent giflant les rochers dans lequel bondissaient des carpes. Il avait pensé aux cygnes, au canards, aux castors et aux loutres. Il avait pensés aux roseaux et aux marais. A l'ombre des arbres dansant sur la rivière et à la mélancolie que ces visions lui inspiraient alors. C'étaient des représentations de ce qu'il voulait quitter... Son maître, un gardien trentenaire, lui avait expliqué que ce choix, que l'on ne faisait qu'une fois, on ne le faisait pas en réfléchissant mais en ressentant. En écoutant son coeur et non sa tête. Sois sincère envers toi-même, Stelt Siva. Pas de fausse raison. Tu consacreras ta vie à cette entité. C'est un choix très important.

Au final, la solution lui était apparue après une journée entière passée entre terre et mer. Il avait tranché en faveur de l'eau salée. Pourquoi ? La première des raisons, est que son âme il voulait l'offrir à la mer, représentante par excellence de ce nouveau peuple qui lui avait ouvert si généreusement les bras. Il y voyait un avenir. Un futur désiré et non imposé. La liberté. Egon se sentait plus proche du caractère impétueux de l'océan que de la fraiche douceur de l'eau d'un fleuve. S'il était né ici, il se serait consacré tout entier au Grand Bleu. L'eau douce était trop reliée à la forêt et au passé. L'eau de mer était son inverse. L'orphelin avait l'impression que ce choix serait la meilleure voie pour devenir un Lanikru à par entière. Le jour J, il n'avait pas eu lieu de faire un quelconque adieu. Immergé dans le ventre de cette immense étendue, elle avait semblé lui murmurer qu'il était chez lui et il s'y sentait en effet comme tel. Confiant, se laissant envahir par cette atmosphère toute aquatique. Désinfecté de ses plaies intérieures, il était remonté à la surface comme neuf, un cri de victoire à la gorge contre son adversaire défaite. L'injustice qui avait gâchée sa première vie.

Il était enfin prêt à faire son Serment.

An 1968, aujourd'hui.


Egon s'était assis sur la plage, les fesses sur le sable sec et les pieds dans l'eau, bras autour de ses jambes fléchies. Sa blessure à la main ne saignait plus. Il admirait son allégeance aquatique éternelle. Son choix, il ne l'avait jamais regretté. Preuve incontestable que c'était le bon. Il se sentait chaque jour un peu plus en phase avec l'océan. Tout son être lui était dédié et ce dernier avait la sensation d'avoir établi un contact spirituel avec lui. S'il n'avait ressenti aucune affinité avec le dieu Trikru, c'était pour ça. Peut-être que son dieu à lui était celui de l'eau du large. Peut-être que des forces supérieures et inconnues l'avaient prévues depuis le début. Peut-être que sa place avait toujours été ici et qu'elle l'y avait attendue 14 années durant. Il revenait de tellement loin... Personne n'aurait pu prévoir pareille métamorphose, pourtant c'est ainsi que va la vie. Elle est évolutive et imprévisible. Egon, cela lui convenait très bien. Il avait trouvée sa maison et sentait qu'il n'en partirait pas cette fois. Jamais. Pour rien au monde. En cet instant, alors qu'il songeait aussi radicalement, la tête en arrière et les paupières closent pour profiter de la brise marine, deux symboles brillèrent simultanément sur son abdomen. Le premier était son pendentif d'argent, l'oreille de loup des glaces que son propriétaire n'avait pas encore réussi à identifier. Le second, était la broche de son Baptême, accrochée à son pagne. O'oa, le dauphin, dieu protecteur du Grand Bleu.

Un bruit de sabot dans son dos le fait se retourner. C'est Elohim, il monte un cheval et en tient un autre par les rênes.
- Alors, tu viens ?  Je croyais que tu voulais garder un œil sur ces gens tombés du ciel.
- ... On est pas censés s'y rendre.
- Tu as changé d'avis ?
Changé d'avis ? Quand ces nouveaux venus pourraient être une menace pour le Lanikru ? Cette question fit naître une menaçante lueur de prédateur dans le regard du gardien.
- Non.
Il pousse sur ses bras pour se relever et se dirige avec assurance jusqu'à sa monture.
- Tes cicatrices ne te font plus mal ?
- Non, c'est passé. On peut y aller.
- Okay.
Les cavaliers partirent au galop en direction de la jungle. En fait, c'était un mensonge. Ses vieilles blessures le tiraillaient encore mais c'était tout à fait supportable. En cas de combat, il ne se montrerait pas faible face à l'ennemi et il avait bien l'intention de remporter le jeu si jamais ça tournait au vinaigre. Le but actuel n'était que de surveiller ces intrus en toute discrétion. Sans se faire repérer de qui que ce soit, histoire de ne pas provoquer de conflit. Leur éducation de Trikru originelle les avait rendu doués en furtivité. Une faculté pratique en bien des domaines. Si ça ne tenait qu'à Egon, il s'en ficherait pas mal de se faire prendre la main dans la sac. Mais une certaine reine du feu se mettrait en colère et il n'avait pas envie de créer des ennuis à sa vénérable matriarche... Toutefois, il était capable de tuer une menace humaine si elle s'avérait dangereuse pour ceux qu'il avait juré de protéger. Egon n'était pas Lanikru. Il avait connues et pratiquer d'autres mœurs moins honorables. En lui, demeurait un loup prêt à protéger la meute de ses chefs et la sienne avec une hargne impitoyable et intolérante. La rancune des Trikru est une caractéristique qui ne s'est pas échappée de sa personnalité. Il pardonne mais tout dépend des circonstances.

Un seul conseil :
Ne menacez pas les siens.

MAIS JE SAIS QUI JE SUIS



Derrière l'écran


salut le people du net ! je m'appelle Driksos et j'ai 26 ans. je suis passionnée par le cinéma, l'écriture fantastique et les cultures étrangères notamment asiatiques. j'ai trouvé ce forum via je ne sais plus quel partenariat et je confesse que niveau design, il est très sympa ! Les couleurs sont harmonieuse, ça fait pas mal aux yeux et les montages graphiques sont très beaux. J'aime beaucoup la manière dont vous avez organisé vos annexes ! Elles sont très agréables à lire, sans prise de tête et on comprend facilement l'univers même sans connaître la série. Merci pour votre travaille ! Vous nous facilitez la tâche   Le guide pour débutant aussi est ne bonne idée.    je vis en Île-de-France en France. je me connecterais règulièrement mais 3/7 au grand minimum .

_________________

Egon
kom
Lanikru

Couleurs de dialogue :
#08be9c (fond sombre)
#329294 (fond clair)


Dernière édition par Egon le Sam 12 Mai - 16:06, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité





MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 17:51

Bonsoir et bienvenue sur le forum. Merci de nous avoir rejoint, j'espère que tu te plaira parmi nous ^^
J'ai hâte de lire le reste de ta fiche <3
Revenir en haut Aller en bas

100

avatar

Elias Carter




MESSAGES : 90

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 18:17

Bienvenue sur le forum et bon courage pour la suite de ta fiche ! C'est un très bon choix de pv en plus ! ^^

_________________
Welcome to Earth kid
♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN • Reine

avatar

Kisà




MESSAGES : 176

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 18:58

EGGGGOOOOOOOOOON *lui saute dessus pour le câliner*
Merci beaucoup pour tous ces compliments, ça fait chaud au cœur !
Je suis ravie de voir enfin un autre descendant de la Meute et très contente que le personnage de Egon te plaise !

Si tu as des questions sur la Meute, surtout n'hésite pas, ma boîte MP est grande ouverte et il n'y a pas de questions stupides.

Bienvenue sur Jus Drein Jus Daun !

_________________

TAIM OSIR FLEIM AU, TAIM YU NA FLEIM AU GON OSIR OGEDA. – FAYAPLANA
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas

100

avatar

Jasper Jordan




MESSAGES : 265

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 19:18

Bienvenue sur le forum!

Ça c'est un début de fiche super complet, j'ai hâte de lire la suite

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Leader des 100

avatar

Clarke Griffin




MESSAGES : 188

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 19:31

Bienvenue sur le forum Peter Pan Egon!

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Gardien • Bêta

avatar

Egon




MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mar 1 Mai - 19:48

Boonsoir et merci à vous pour ce super accueil, vous êtes adorables ! Vos compliments me font chaud au coeur et vos messages me font vraaaiment plaisir, merci ! Fuuuh  

Clarke - Merci pour le presque fou-rire juste pour le "Peter Pan", bizarrement je m'y attendais tellement pas que j'ai limite éclatée...  

Kisà - Yahouuuu ! Le débordement d'amour de fifouuuu *lui rend son câlin enflammé avec un sourire béat*
Mais de rien, ça vient du mien Je t'enverrai très vite un petit MP, j'ai effectivement quelques questions en stock ! Il faut juste que je les rassemble parce que j'en ai oublié...

NOW AND ALWAYS, KHALEESI !

_________________

Egon
kom
Lanikru

Couleurs de dialogue :
#08be9c (fond sombre)
#329294 (fond clair)
Revenir en haut Aller en bas

Leader des 100

avatar

Clarke Griffin




MESSAGES : 188

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Mer 2 Mai - 19:52

Ravie de t'avoir fait rire XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN • Leader du Riskines

avatar

Askari




MESSAGES : 77

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Jeu 3 Mai - 9:03

Bienvenue avec ce super personnage et une manière d'écrire qui l'est tout autant hâte de lire l'histoire qui promet d'être très intéressante.

_________________
I can't pretend
that I ain't been through hell
Revenir en haut Aller en bas

Gardien • Bêta

avatar

Egon




MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Jeu 3 Mai - 17:02

Merci Askari, tes compliments me font très plaisir.

J'aurais sûrement terminé tout ça la semaine prochaine

_________________

Egon
kom
Lanikru

Couleurs de dialogue :
#08be9c (fond sombre)
#329294 (fond clair)
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN • Reine

avatar

Kisà




MESSAGES : 176

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Dim 13 Mai - 14:16




FÉLICITATIONS !




Comment te dire à quel point j'adore ton écriture ? Y'a pas de mots je crois ! J'aime énormément ta prise en main de Egon, tu l'as tout de suite cerné ! C'est quoi ton secret ? L'histoire est juste génial ! Très intrigante et on s'attache vite à Egon et Elohim ! Ah oui, question existentielle : Souhaites-tu participer à l'event ? Oh ! Et puis, si tu souhaites nous rejoindre sur discord, l'invitation est ici

Bravo à toi petit scarabée ! Tu es validé. Le forum s'ouvre à toi officiellement, tu peux te lancer dans l'aventure les yeux fermés. Tu as accès à toutes les zones du forum, mais bien sûr, n'oublie pas de faire tes recensements avant d'aller faire de nouvelles rencontres. Il faut que tu recenses ton avatar pour ne pas avoir de jumeaux, ainsi que ton métier. Bien sûr, il y a les indispensables fiches de liens et de RP. Si tu as une question, n'hésite pas à envoyer un message privé à ton administrateur référent. D'ailleurs, c'est moi ton référent héhé.


Bon jeu sur Jus Drein Jus Daun et encore bienvenue !


_________________

TAIM OSIR FLEIM AU, TAIM YU NA FLEIM AU GON OSIR OGEDA. – FAYAPLANA
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas

Gardien • Bêta

avatar

Egon




MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   Dim 13 Mai - 17:24

Yeaaaaah !!! Je suis validée Qu'est-ce que ça fait plaisir d'être tout en bleu... Bref, OUI OUI OUI, je veux participer mais j'avais peur que ce soit trop tard ! Je vais poster ma candidature sur le sujet de ce pas !

PS : obligée de te remercier pour ce message qui me touche énormément Je suis rassurée d'avoir bien cerné le personnage. Maintenant, Egon est mien

_________________

Egon
kom
Lanikru

Couleurs de dialogue :
#08be9c (fond sombre)
#329294 (fond clair)
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans la meute du loup, chaque individu compte. C'est une notion instinctive qui persiste au-delà de la mémoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans les bois quand le loup n'y est pas... |Trente-Six|
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la meute... [Fenrir]
» Hiérarchie des Clans
» Dans l'antre du Loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JUS DREIN JUS DAUN ::  :: welcome on earth :: Atterrissage accompli :: Natifs-