AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous manquons cruellement de Natifs et d'Archéens. Nous manquons de mâles aussi

Partagez | .
 

 ISARA | Gon jus, de az choj op

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité





MessageSujet: ISARA | Gon jus, de az choj op   Mer 21 Mar - 11:42





ISARA KOM AZGEDA



prénom : Son défunt père l'as nommée Isara en l'honneur de sa propre mère. âge : La jeune femme foule ces terres depuis vingt années. clan : Azgeda, elle l'a dans la peau, dans le sang qui coule dans ses veines. Son corps entier fût forgé dans la glace de son territoire. rôle dans le clan : Cela fait un peu plus d'un ans à présent qu'elle a été nommée reine de son clan, par la volonté des Dieux.situation amoureuse : Les Dieux ont voulus faire d'elle une femme mariée. Elle est la femme de son frère Divis depuis qu'elle a 16 ans. orientation sexuelle : Elle n'a jamais eu le temps de se poser la question. Cependant, elle est attirée par les hommes, elle croit.armes de prédilection : Isara a deux style d'armes: une paire de  double dague ainsi que des couteaux de lancés. particularité : Elle est très coquette, et aime créer ses propres vêtements lorsqu'elle a un peu de temps libre, ce qui est rare. avatar : Sophie Turner.


Anecdotes


Isara est la seule enfant née fille de Gara • Elle est devenue reine à l'âge de 19 ans • Avec Kisà kom Fayakru, elles ont alliés leur clans respectifs • Elle est en conflit avec sa mère • Son époux est Divis, son frère •  En parlant de frère, elle en avait trois, mais deux ont été assassinés lors de la guerre contre Trikru, tout comme le père de leur famille • Sa mère, Gara, gère, à la demande d'Isara, les terres les plus au Nord du territoire • Souhaite renouer le dialogue avec le clan Trikru pour espérer une paix • Sait se battre mais préfère discuter plutôt que la violence inutile • Son cheval est blanc • Moins violente et radicale que sa mère, elle sait toutefois se faire respecter • Elle a dans son dos, tout le long de sa colonne vertébrale, des runes tatouées par le druide. Un message des Dieux résumant ce qui se passera dans sa vie.


Caractère


Réservée • Intransigeante • Joueuse • Sarcastique • A l'écoute • Intelligente • Convaincante • Sereine • Ne laisse pas de seconde chance

Telle celle d'une poupée de porcelaine, pâle et parfaite est sa peau. D'un bleu transperçant et éclatant sont ses yeux, tandis que de feu est sa longue, fougueuse et ondulée chevelure.
Froid comme la neige est son visage mais chaud est son cœur. Ses apparences sont trompeuses, et elle le sait. Elle qui ne passe que rarement inaperçue lorsqu'elle se balade. Naturel est son charisme et autoritaire est son caractère. Elle est une femme qui ne supporte pas les injustices, qui ne laisse aucun crime impuni, qui lutte d'ailleurs pour que chaque infraction soit sanctionné. Elle joue certainement un double jeu vous diront certains, mais seuls quelques personnes sont au courant de ses véritables intensions. De son véritable caractère qu'elle ne dévoile pas à tout le monde...
Si elle est autoritaire, intransigeante, patiente, obstinée et déterminée sa volonté est infaillible. C'est une femme intelligente qui sait se faire des alliés parmi ses ennemis au besoin. Cette jeune femme comprends où sont ses intérêts, ainsi que ceux de son peuple.


Histoire


Il fût un temps où la vie était simple. Un temps où l'enfant qu'était Isara n'avait à se soucier de rien de plus que sa vieille poupée de chiffon. Une époque durant laquelle la guerre frappait bien plus souvent que ne tombait la pluie. Cette époque, bien que terrible, était, aux yeux clair de l'enfant, bien moins sanglante et terrifiante que ne l'étaient celles que les Dieux avaient réservés aux peuples ennemis d'Azgeda.
Isara est venue dans ce vaste monde il y a vingt hivers de cela, au cœur même de la citadelle de Mekiwah.

"Aujourd'hui, la délivrance a lieu. Celle d'un enfant porté neuf mois durant. Gara est à bout de forces lorsque le petit être fait son apparition dans les bras d'un des druides du bosquet. Celle-ci lui annonce la bonne nouvelle...  L'enfant est vivant, semble bien se porter. Gara sourit faiblement, heureuse d'avoir encore réussis à donner la vie. Elle espère de tout son être que l'enfant est une fille, elle qui n'a donné vie qu'à des garçons jusque là. « C'est une jolie petite fille. » La reine garde son sourire et une larme coule le long de sa joue. Elle ignore comment va réagir Elron, son époux, qui lui, s'attendait à un quatrième fils.Même si Gara l'aime de tout son cœur, ce n'est pas un enfant de l'amour. Juste un enfant du devoir. Celui pour assurer le pouvoir à sa descendance et non pas à celle de sa soeur Nia. Toute deux sont les filles du puissant guerrier Theo, mort il y a de nombreuses années mais ayant laissé une certaine marque sur Azgeda."

Si la petite n'a jamais eu la chance de connaître le véritable amour maternel, elle en a connus un bien plus beau, le fraternel. Depuis le tout début elle a été choyée par sa famille, sa mère, à sa manière, son père, ainsi que ses trois frères plus que protecteurs. Une enfance, donc, à être protégée, éduquée comme une jeune fille doit l'être, apprenant ce qui lui serait nécessaire dans sa vie, bien qu'en réalité, et en secret, sa mère et les Dieux la prédestinaient à une chose qu'elle n'aurait jamais pensé à son petit âge.


« Ce que tu prendra t'appartiendra. De sang, ta lame sera recouverte. Telle est la façon de diriger Azgeda! »
« Moi je trouverai un autre moyen et je deviendrai la plus grande reine qu'Azgeda aura jamais connus! »
"Une gifle est donnée, une seconde suit. Gara n'apprécie pas ce que vient de dire sa fille. N'apprécie pas que l'enfant eit simplement l'idée de suivre une autre direction lorsqu'elle gouvernera le clan le plus puissant de tous. Azgeda est ce qu'il est grâce aux actes de ses reines, grâce à Gara qui agrandit chaque jour le territoire en faisant la guerre. Gara n'a pas réussit à détruire Trikru, l'ennemi de toujours, pas encore, et souhaite qu'Isara, au besoin, mette fin à ce peuple indigne. Gara veut marcher sur Trikru, et ce que Gara veut, la reine l'obtiens, toujours, même si pour cela elle doit faire les pires sacrifices. Elle essaie d'inculquer cela à sa fille, mais l'enfant à sa propre vision du monde, n'a pas encore la même cruauté que sa mère. Ce n'est pas plus mal, elle est encore jeune, et préfère s'amuser avec ses frères, enfin, avec Divis surtout, les autres étant bien plus âgés."

Si l'enfance d'Isara ne fût pas des plus normales pour une personne de son âge, son adolescence le fût encore moins. Les Dieux, faisant un peu plus irruption dans sa vie. Enfin... les Dieux... Les druides répandant la volonté des Dieux. Les druides, ces personnes étranges, effrayantes qu'Isara a toujours craints, jusque dans ses cauchemars. Eux avec les tatouages, leur scarifications leurs yeux noirs et et leurs traits vieillis par les drogues inhalées au fil du temps. Oui, Isara treize années de vie a encore peur de ces êtres semblant venir d'ailleurs, des profondeurs des glaciers. Mais parce qu'elle fût destinée à être la future dirigeante d'Azgeda, parce qu'elle devra alors se montrer forte comme sa mère bénie des Dieux, elle dût se résigner à visiter régulièrement ces druides, afin de recevoir des directives, d'apprendre plusieurs petites choses, plus ou moins importantes. A seize ans, elle fût mariée à Divis, son propre frère, comme il a toujours été fréquent de faire dans la famille. Pour garder une lignée pure de sang semblait-il. Aucun des deux jeunes ne pût s'opposer à cela, malheureusement.


« Moi, Isara kom Azgeda, prends cet homme, devant les Dieux et selon leur volonté, comme époux. Je lui jure...» L'adolescente retint un sanglot avant de reprendre, sous le regard accusateur de sa mère. « Je lui jure fidélité et amour jusqu'à ce que les tout puissants décident de nous séparer. » Elle n'ose pas regarder son frère dans les yeux, par honte peut-être, par dégoût de se savoir obligée de faire des choses d'adultes avec lui. Lui, Divis, si protecteur et gentil avec elle. Lui qu'elle ne voit que comme un frère et rien de plus. Elle ne comprend pas la décision des Dieux, mais se doit de la respecter, même si au fond d'elle, tout son corps hurle de haine.

Le mariage ne fût pas consommé la nuit même, ni le lendemain, ni la semaine qui suivit. Les jeunes époux, refusant de se toucher de la sorte, bien que l'envie ne manqua pas à Divis, Isara fit un blocage et ensemble décidèrent de ne passer à l'acte qu'une fois qu'ils se sentiraient mutuellement près. Cela ne changea cependant rien à leur quotidien respectif, Divis continuait ses mission d'éclaireur tandis qu'Isara se préparait à devenir la future reine parfaite, enchainant entrainement avec un maître d'arme et cours de "diplomatie stratégique" avec sa mère et un chef de guerre. Les deux fiers guerriers détaillant chaque guerre dont la plus récente qui eût comme aboutissement, la prise de plusieurs territoires. Entendre ainsi sa mère jubiler de la gloire d'Azgeda avait donné à la jeune femme aux cheveux de feu la nausée, ne l'empêchant pourtant pas de donner son point de vue.
« La moitié de notre famille est morte à cause de vos stupides guerres. Mon père est mort, mes frères, vos fils! Comment pouvez vous oublier cela, mère? N'avez-vous point de honte? » Gara dépose délicatement une main froide sur la joue de son unique fille et se rapproche de son visage, la fixant de son regard pénétrant. « Ma douce enfant, comment pourrai-je oublier cette tragédie? Trikru paiera pour cela. Leur Heda saignera et sa tête ornera la salle du trône. » Le regard clair d'Isara cherche des réponses dans celui de sa mère ne laissant rien dévoilé d'autre que la haine éprouvée pour ce clan ennemi. Isara ne dit plus un mot, se contentant d'écouter et d'apprendre, cachant au fond d'elle ce dégoût envers la violence des guerres. Azgeda ne connait que le sang, celui-ci fait partie de la devise du clan, comment, elle, pas encore reine, peut-elle penser une seule seconde à changer le monde? A changer le mode de vie de son peuple? Elle voit là une tâche difficile à accomplir mais pas impossible.

Isara mit de longues années à trouver une solution pour faire changer son peuple, pour lui donner une nouvelle réputation, moins sanglante que celle dont Azgeda dispose depuis tant d'années. Des heures entières à étudier chaque clan, chaque mode de vie de ceux-ci, cherchant comment créer de possibles alliances. Non pas avec Trikru, elle le sait bien, cela prendrait beaucoup de temps avant que les deux clans ne s'entende sur ne serait-ce qu'un seul point, mais avec les autres, ceux plus au Sud, ceux plus pacifistes comme ... Aucun. Azgeda s'est fait l'ennemi de tout les clans... Isara hait sa mère pour cela.

Vint enfin le moment, le grand moment. Celui décidé quelques semaines avant par les druides, enfin, les Dieux. Le couronnement d'Isara en tant que reine du clan Azgeda, relayant ainsi Gara, peu heureuse de cet événement, au statut de reine-mère. Oh n'allez pas croire qu'elle comptait rester loin du pouvoir, bien au contraire. Elle contrôla sa fille quelques mois avant que celle-ci, reçoive une visite surprise d'une autre reine, aussi jeune qu'elle, aussi belle et visionnaire qu'elle. Kisà, reine du Fayakru. Celle-ci lui proposa une alliance entre leur peuple. Les négociations durèrent environ quelques mois avant que les deux jeunes femmes ne trouvent un accord liant ainsi leur peuple. Peut de temps après cela, mécontente de ce que venait de faire sa fille, et ne s'étant pas gênée pour le lui dire, Gara fut envoyée s'occuper du Nord du territoire, le plus enneigé et glacé, loin de sa fille, afin que celle-ci puisse diriger le peuple Azgeda à sa manière.


Cela fait un an aujourd'hui qu'Isara est à la tête du clan Azgeda, un an qu'aucune guerre n'a été déclenché. Le problème Trikru est loin d'être réglé mais la jeune reine continue de chercher un moyen de s'entretenir avec l'Heda Kris, voulant absolument mettre un terme aux vieilles rancœurs. Elle n'oublie pas que l'homme est responsable de la mort des hommes de sa famille mais contrairement à sa mère, elle sait que coupé des têtes est distrayant mais que ce n'est pas toujours le meilleur moyen pour arriver à ses fins.
La devise du clan n'a pas changé, car Isara malgré son jeune âge, sait se faire respecter des plus réticents à son accession au trône.




Derrière l'écran


Salut le people du net ! Je m'appelle Irij et j'ai l'âge de Jeanne D'Arc. Je suis passionnée par des choses et d'autres. J'ai trouvé ce forum sur Kisà et je confesse rien du tout, même si tu porte une soutane. Je vis surTerre en territoire Azgeda. Je me connecterais tout les jours.
Revenir en haut Aller en bas
 

ISARA | Gon jus, de az choj op

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Isara, ou la femme venin [finie]
» Cramponnés à la toile [Isara]
» Quête: La dague de glace [PV, Isara]
» Isara Makoto, danseuse... étoile !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JUS DREIN JUS DAUN ::  :: welcome on earth :: Atterrissage accompli :: Natifs-